By continuing to use our site, you consent to the processing of cookies, user data (location information, type and version of the OS, the type and version of the browser, the type of device and the resolution of its screen, the source of where the user came from, from which site or for what advertisement, language OS and Browser, which pages are opened and to which buttons the user presses, ip-address) for the purpose of site functioning, retargeting and statistical surveys and reviews. If you do not want your data to be processed, please leave the site.

La Voix Des Canadiennes Atteintes D'un Cancer Du Sein

Éducation

blogue À nous la parole


Tag : Lymphedema

L’histoire de Joycelyn

Joycelyn Merkley, de Shelburne (Ontario), se décrit comme une compagne, une mère, une grand-mère, une sœur et la fille de ses parents. Cela faisait 53 ans qu’elle endossait ses rôles lorsqu’en juillet 2021, elle dut y ajouter un autre : celui de victime du cancer du sein.

Point sur la recherche : Symposium sur le cancer du sein de San Antonio (édition 2021)

Cette année encore, chercheurs, médecins, fabricants pharmaceutiques et représentants de patients se sont réunis en personne et virtuellement à l’occasion du symposium annuel sur le cancer du sein de San Antonio. Encore une fois, cela a été l’occasion de faire le point sur la recherche sur le cancer du sein dans le monde. Nous vous en présentons ici les points saillants.

Programmes d’exercice physique virtuels pour les personnes atteintes d’un cancer du sein

L’exercice physique présente de nombreux avantages pour les personnes atteintes d’un cancer du sein : réduction des effets secondaires des traitements, amélioration de la santé mentale et physique, sentiment global de mieux-être. De plus, certains exercices sont excellents pour les personnes atteintes d’un lymphœdème, cette affectation qui se caractérise par l’enflure anormale des bras, des mains, des seins ou du torse, et qui survient généralement après l’ablation ou l’endommagement des ganglions ou des vaisseaux lymphatiques. Les mouvements musculaires et l’application de certaines techniques de respiration pendant l’exercice physique permettent de stimuler le système lymphatique et donc d’améliorer la circulation lymphatique. En matière d’exercice physique, un certain nombre de recommandations ont été émises, à l’échelle mondiale, pour les personnes atteintes d’un cancer du sein. Ces recommandations, qui prennent en compte les considérations liées au cancer du sein et mettent l’accent sur la sécurité des patientes, préconisent 20 à 60 minutes d’exercices aérobiques deux à trois fois par semaine, ainsi que des exercices de résistance avec les principaux groupes musculaires deux fois par semaine.

Des experts répondent à vos questions : un cancérologue répond à vos questions sur les interventions chirurgicales en relation avec le cancer du sein

Aujourd’hui, nous vous présentons les questions qui ont été abordées lors d’une session qui a eu lieu en mai 2021, au cours de laquelle le cancérologue Sandeep Sehdev, M.D., FRCPC, a répondu à des questions portant sur les interventions chirurgicales en relation avec le cancer du sein. Vous trouverez entre parenthèses la référence temporelle de chaque question dans la vidéo.

Vivre de manière positive avec un cancer du sein et bouger en toute sécurité

Le cancer du sein constitue une épreuve difficile. Vous cherchez des réponses et des informations sur cette maladie et ses traitements. Vous tentez de demeurer optimiste tout en acceptant ce que l’avenir peut vous réserver.

Faire confiance à son instinct et connaître son corps

Je suis issue d’une longue lignée de survivantes du cancer du sein. Je n’ai donc pas du tout été surprise de recevoir un diagnostic de cancer du sein en 2008. Je n’avais que 50 ans et j’avais célébré ce jalon important avec ma sœur jumelle en février 2007. Quelques mois plus tard, en décembre de la même année, je savais que quelque chose clochait. Une mammographie passée au centre Sunnybrook, en octobre je crois, n’avait rien révélé. Ni elle ni le minutieux examen des seins subis au même hôpital n’avaient permis de déceler une tumeur extrêmement petite près de mon aisselle gauche, enfouie profondément près d’un ligament. Elle était indétectable à ce moment. Plus tard cet automne-là, j’ai remarqué un pli dans mon sein alors que je séchais le bas de mon corps après une douche au gymnase. J’ai tout de suite su de quoi il en retournait et j’ai pris rendez-vous avec mon médecin à la clinique spécialisée dans le dépistage des personnes à risque élevé de souffrir d’un cancer du sein du centre Odette.

Journée mondiale du lymphœdème 2021 : Faciliter l’accès au traitement

L’objectif de la Journée mondiale du lymphœdème consiste à faire des traitements du lymphœdème et des maladies lymphatiques une priorité mondiale. Les habitants de nombreux pays participent à cet événement de sensibilisation annuel. Depuis ses débuts en 1996, la Lymphedema Association of Ontario (LAO) s’est engagée à améliorer la vie des personnes aux prises avec un lymphœdème et elle a accru son dynamisme au cours de la dernière année. La Journée mondiale du lymphœdème représente pour nous une occasion de poursuivre notre travail de sensibilisation et de défense des droits. La LAO établit des partenariats avec les hôpitaux, nos membres professionnels et les patients pour attirer l’attention sur le lymphœdème en Ontario.

Traitement du lymphœdème : des exercices courts et simples pour vous

Le lymphœdème consiste en l’enflure anormale des bras, des mains, des seins ou du torse. Le lymphœdème associé au cancer du sein survient habituellement lorsque des ganglions ou des vaisseaux lymphatiques ont été endommagés ou retirés à la suite d’un traitement contre le cancer du sein. Le blocage du système lymphatique ainsi créé empêche l’évacuation adéquate de la lymphe, ce qui cause un gonflement.

Nos meilleurs billets de blogue de 2019 !

Nous sommes maintenant rendus en 2020 ! Comme cela paraît bizarre ! L’année 2019 fut occupée et marquante pour le RCCS. Nous avons donc pensé faire une rétrospective des billets de blogue qui selon vous, chers lecteurs, se sont révélés les plus utiles. Alors voici les 10 billets les plus lus de notre rubrique À nous la parole.

Ce que je pense honnêtement du livre The Complete Lymphedema Management and Nutrition Guide

Je me rappelle le choc ressenti lorsque j’ai appris l’existence du lymphœdème, un problème de santé chronique incurable qui m’accompagnera pour le reste de ma vie. Mes probabilités d’en être atteinte s’avéraient élevées puisque j’ai souffert d’un cancer inflammatoire du sein de stade III qui a nécessité l’ablation de tous mes ganglions lymphatiques axillaires du côté gauche.

Quelle différence existe-t-il entre la physiothérapie et l’ergothérapie ?

Bien vivre avec un cancer du sein ou s’en rétablir nécessite une réadaptation. La physiothérapie et l’ergothérapie sont des termes souvent mentionnés lorsqu’il est question de réadaptation, mais leur signification véritable s’avère parfois obscure.

Conseils postopératoires de femmes passées par là

En gros, les interventions chirurgicales sont horribles. Votre corps se remet d’un traumatisme majeur. Même si vous aviez l’impression d’être relativement en santé avant l’opération, les lendemains peuvent vous paraître catastrophiques. Nous avons demandé à des femmes de nous fournir des conseils pour rendre la convalescence un peu plus supportable.

Le lymphœdème associé au cancer du sein. Deuxième partie : signes avant-coureurs et traitements

Dans la première partie de cet article, il a été question des facteurs de risque du lymphœdème et de conseils pour minimiser ce risque. Aujourd’hui, nous discuterons des signes avant-coureurs de cette maladie et des traitements offerts.

Le lymphœdème associé au cancer du sein 1re partie : les facteurs de risque

Le lymphœdème associé au cancer du sein consiste en l’enflure anormale du bras, de la main, du sein ou du torse qui se produit du côté où des ganglions axillaires ont été retirés pour traiter un cancer du sein. Le lymphœdème peut apparaître soudainement ou se développer graduellement. Il peut également survenir peu après l’opération ou des mois voire des années plus tard.

Survivre au cancer du sein et vivre avec un lymphœdème

Le 4 janvier 2010, je me métamorphosai en mouche posée sur le mur du bureau de mon chirurgien. Je le rencontrais pour recevoir les résultats de ma biopsie. Nous croyions qu’il s’agirait d’un rendez-vous rapide puisque le test préliminaire des fluides avant la biopsie n’avait révélé aucune trace de cancer. Je me rappelle entendre le médecin me dire : « Malheureusement c’était cancéreux… » J’eus l’impression de vivre une expérience extracorporelle. Je nous observais de haut, mon médecin et moi. Mon monde changea soudainement, physiquement et mentalement.

Surmonter les effets secondaires permanents du cancer du sein

En 2011, Wendie Hayes de Stoney Creek Mountain en Ontario découvrit une bosse dans son sein droit. À 55 ans, elle reçut un diagnostic de cancer métaplasique du sein triple négatif à tumeur phyllode. Ce type de cancer étant rare (moins d’un pour cent des cas), en arriver au bon diagnostic prit un certain temps.

Votre bras enflé est-il un signe de lymphœdème ?

Vos risques de souffrir d’un lymphœdème augmentent si vous avez subi une opération chirurgicale pour traiter votre cancer du sein. Le lymphœdème est une inflammation chronique du bras ou d’une autre partie du corps causée par une accumulation d’un fluide appelé lymphe. (Cette dernière a pour fonction de transporter les globules blancs et les déchets cellulaires dans le corps.) L’ablation des ganglions axillaires par intervention chirurgicale ou lors de la radiothérapie peut entraîner une obstruction du système lymphatique, d’où le lymphœdème. L’enflure peut se manifester peu après l’opération ou même des années plus tard.

Le cancer est sa quatrième maladie grave

Lorsqu’elle apprend qu’elle souffre d’un cancer du sein en mars 2016, Kim Bulpitt n’en est pas à sa première maladie grave. À 53 ans, cette résidente de Kitchener en Ontario avait auparavant reçu un diagnostic de maladie rénale en 1979, un de la maladie de Parkinson en 2008 et un d’arthrose en 2012, affection pour laquelle elle a dû subir une arthroplastie des deux genoux en 2014.