By continuing to use our site, you consent to the processing of cookies, user data (location information, type and version of the OS, the type and version of the browser, the type of device and the resolution of its screen, the source of where the user came from, from which site or for what advertisement, language OS and Browser, which pages are opened and to which buttons the user presses, ip-address) for the purpose of site functioning, retargeting and statistical surveys and reviews. If you do not want your data to be processed, please leave the site.

La Voix Des Canadiennes Atteintes D'un Cancer Du Sein

Éducation

blogue À nous la parole

Point sur la recherche : Symposium sur le cancer du sein de San Antonio (édition 2021)

Cette année encore, chercheurs, médecins, fabricants pharmaceutiques et représentants de patients se sont réunis en personne et virtuellement à l’occasion du symposium annuel sur le cancer du sein de San Antonio. Encore une fois, cela a été l’occasion de faire le point sur la recherche sur le cancer du sein dans le monde. Nous vous en présentons ici les points saillants.

CANCER DU SEIN AU STADE PRÉCOCE

  1. Le pembrolizumab semble bénéfique aux personnes atteintes d’un cancer du sein triple négatif à haut risque au stade précoce avec expression de la protéine PD-L1. La phase 3 de l’essai clinique KEYNOTE-522 a permis d’obtenir une rémission sans récidive chez des patients ayant reçu en traitement néoadjuvant du pembrolizumab associé à de la chimiothérapie, suivi d’un traitement adjuvant de pembrolizumab.
    En savoir plus (en anglais)
     
  2. Le biosimilaire du trastuzumab, l’Ontruzant, donne des résultats de survie à long terme équivalents à l’Herceptin. Le taux de survie globale sur 5 ans avec l’Ontruzant est de 92,5 % comparé à 85,4 % avec l’Herceptin, ce qui démontre des résultats comparables en termes de sécurité et d’efficacité à long terme.
    En savoir plus (en anglais)
     
  3. Une étude américaine a montré que les personnes noires atteintes d’un cancer du sein sont plus sujettes à des modifications de traitement, ce qui engendre de moins bons résultats. Une étude sur les modifications de traitement chez les personnes atteintes d’un cancer du sein recevant un traitement néoadjuvant a montré que 59 % des personnes concernées étaient des personnes de race noire et que ces personnes avaient moins de chance d’obtenir les résultats escomptés que celles ayant suivi les traitements standard. 
    En savoir plus (en anglais)
     
  4. Bien que la metformine (médicament contre le diabète) ne soit pas efficace contre les cancers du sein HR+ ou HR-, il semblerait qu’elle le soit contre le cancer du sein HER2+. Il a été démontré lors de la phase 3 de l’essai clinique CCTGMA.32 sur le cancer du sein HER2+ que l’administration de metformine en traitement adjuvant améliorait les taux de rémission et de survie globale.
    En savoir plus (en anglais)
     
  5. Les femmes noires présentent de plus grands risques de développer un lymphœdème après un évidement ganglionnaire axillaire comparé aux femmes blanches. Une étude sur le taux de survenue de lymphœdèmes chez les femmes noires et blanches a montré que les femmes noires étaient plus susceptibles de développer un lymphœdème. 
    En savoir plus (en anglais)

CANCER DU SEIN MÉTASTATIQUE

  1. L’élacestrant permet d’améliorer de manière significative les résultats pour les hommes et les femmes postménopausées atteints d’un cancer du sein métastatique ER+ et HER2-. Les participants à la phase 3 de l’essai clinique EMERALD ayant reçu en prétraitement un traitement hormonal et des inhibiteurs des kinases CDK4 ont vu leur risque de décès diminuer de 30 % ainsi qu’une augmentation de leur chance de survie sans progression de la maladie, comparés aux personnes ayant reçu ces traitements en deuxième ou troisième ligne.
    En savoir plus (en anglais)
     
  2. Le trastuzumab deruxtecan (T-DXd) améliore les chances de survie des personnes atteintes d’un cancer du sein métastatique HER2+, y compris celles présentant des métastases au cerveau. La phase 3 de l’essai clinique DESTINY-Breast03 a montré une augmentation significative des chances de survie sans progression de la maladie, ce qui permet d’envisager ce traitement comme traitement standard de deuxième ligne.
    En savoir plus (en anglais)
     
  3. L’essai clinique KEYNOTE-355 a montré que le pembrolizumab associé à de la chimiothérapie serait bénéfique aux personnes présentant un score d’expression de la protéine PD-L1 de 10 ou plus. Les taux de survie sans progression de la maladie et de survie globale ont augmenté de manière significative, et les patients atteints d’un cancer du sein métastatique triple négatif avec expression de la protéine PD-L1 ont vu leur risque de décès diminuer de 27 %.
    En savoir plus (en anglais)
     
  4. Comparée à l’administration de lapatinib associé à la capecitabine, l’administration de pyrotinib associé à la capécitabine augmente les chances de survie des personnes atteintes d’un cancer du sein métastatique HER2+. Lors de la phase 3 de l’essai clinique PHOEBE, le risque de décès des patients ayant reçu un traitement au trastuzumab et au pertuzumab, associé à la chimiothérapie, a chuté de 31 % et leur taux de survie sans progression de la maladie a augmenté après avoir reçu du pyrotinib associé à la capécitabine.   
    En savoir plus (en anglais)
     
  5. De nouvelles données suggèrent que le profilage génomique peut améliorer les résultats pour les personnes atteintes d’un cancer du sein métastatique. L’analyse combinée de deux essais cliniques a montré une augmentation des chances de survie sans progression de la maladie avec l’administration d’un traitement ciblé basé sur le profilage génomique, y compris pour les personnes atteintes d’un cancer du sein avec mutations du gène PIK3CA.
    En savoir plus (en anglais)

Photo par Antonio Jamal Roberson sur Pexels