La Voix Des Canadiennes Atteintes D'un Cancer Du Sein

Éducation

blogue À nous la parole


Tag : breast cancer

Le rire est vraiment le meilleur remède !

Dans la vie, il y a deux façons de réagir dans les pires moments : se laisser abattre ou se battre. Cela ne m’a jamais paru aussi vrai que lorsque j’ai appris que j’avais un cancer du sein. Pour moi, je n’avais pas d’autre choix que de me battre avec le sourire et d’être aussi positive que possible, même si je devais faire semblant. Mes fils me regardaient avec les yeux effrayés et le cœur triste. Ce moment serait l’un des moments décisifs de leur vie et j’étais — et je le suis toujours — déterminée à en faire un moment d’apprentissage : comment faire face à l’adversité et pourquoi le mental peut être déterminant. Des choses que nous devrions tous savoir.

Pourquoi militer pour le dépistage du cancer du sein? Et pourquoi est-ce si important quand on a été ou qu’on est soi-même atteinte d’un cancer du sein?

Si, aujourd’hui, j’écris un article un peu différent, c’est parce qu’octobre est le Mois de la sensibilisation au cancer du sein. Cet article ne nous ait pas destiné qu’à nous, patientes, mais à toutes les femmes qui viennent d’apprendre ou qui apprendront bientôt qu’elles sont atteintes d’un cancer du sein.

Respirez !

J’ai appris que j’avais un cancer du sein en décembre 2019. J’avais 47 ans et j’étais en bonne santé, heureuse et au summum de ma carrière. Juste au moment où je venais de dire à mon mari, avec qui j’étais mariée depuis 25 ans, que la vie est merveilleuse, notre vie s’est arrêtée : « vous avez un cancer du sein ».

La sensibilisation au cancer du sein va au-delà du ruban rose

La sensibilisation au cancer du sein va au-delà du ruban rose. Voilà, c’est dit! C’est plus que de dire que le cancer du sein existe. Tout le monde sait que ce cancer existe et pratiquement tout le monde connaît quelqu’un qui en a été atteint. Et pourtant, on entend encore des patientes dire « si j’avais su ».

Programmes d’exercice physique virtuels pour les personnes atteintes d’un cancer du sein

L’exercice physique présente de nombreux avantages pour les personnes atteintes d’un cancer du sein : réduction des effets secondaires des traitements, amélioration de la santé mentale et physique, sentiment global de mieux-être. De plus, certains exercices sont excellents pour les personnes atteintes d’un lymphœdème, cette affectation qui se caractérise par l’enflure anormale des bras, des mains, des seins ou du torse, et qui survient généralement après l’ablation ou l’endommagement des ganglions ou des vaisseaux lymphatiques. Les mouvements musculaires et l’application de certaines techniques de respiration pendant l’exercice physique permettent de stimuler le système lymphatique et donc d’améliorer la circulation lymphatique. En matière d’exercice physique, un certain nombre de recommandations ont été émises, à l’échelle mondiale, pour les personnes atteintes d’un cancer du sein. Ces recommandations, qui prennent en compte les considérations liées au cancer du sein et mettent l’accent sur la sécurité des patientes, préconisent 20 à 60 minutes d’exercices aérobiques deux à trois fois par semaine, ainsi que des exercices de résistance avec les principaux groupes musculaires deux fois par semaine.

Ma poitrine... Mes seins!

On peut dire que je pense beaucoup à ma poitrine. Oh, j’ai écrit « poitrine ». Pas seins, totons, tétés, nichons ni même boules. C’est ça d’avoir eu un cancer du sein. Je ne parle plus en termes de « seins », mais de « poitrine ».

Quelle est la position des différents partis politiques fédéraux sur les questions de santé?

Le 15 août 2021, le premier ministre, Justin Trudeau, chef de file du Parti libéral, a annoncé la tenue d’élections fédérales. Bien qu’il y ait beaucoup d’enjeux pour ces élections, nous avons décidé de nous concentrer ici sur ce que les différents partis politiques fédéraux comptent faire dans les domaines de la santé, des soins de santé, de l’assurance-emploi, etc. Bien qu’il ne s’agisse pas là de listes exhaustives, nous souhaitions vous fournir un point de départ afin que vous puissiez aborder ces élections en tant que patientes atteintes d’un cancer du sein.

Études sur le cancer du sein et la COVID-19

La recherche sur le cancer du sein est capitale, car elle permet d’obtenir des données relatives au dépistage, au pronostic, au traitement et à l’éradication de la maladie. Les études menées par les chercheurs permettent également de mieux comprendre les risques associés au cancer du sein ainsi que la façon dont celui-ci interagit avec d’autres maladies et d’autres aspects de la vie.

Apprendre que l’on a un cancer du sein pendant une pandémie

Je m’appelle Katharina. J’ai appris que j’étais atteinte d’un cancer du sein de stade 2a en mars 2020, juste au début de la pandémie. J’avais 25 ans. J’ai dû faire les examens et aller aux traitements toute seule, sans personne pour me soutenir.

Ressentir et se libérer de la peur d’un cancer secondaire

Cela vous arrive-t-il de penser que vous avez une autre tumeur? Je ne parle pas d’une récidive du cancer, mais d’une autre tumeur? Si c’est le cas, est-ce que ces pensées surviennent brusquement, à certains moments, comme lorsque vous ressentez une douleur à l’épaule ou sur le côté, ou lorsque vous prenez une grande inspiration et que vous ressentez une douleur vive au moment d’expirer? Dans ces moments-là, est-ce que vous vous dites « mince, j’ai une tumeur »! Puis, vous essayez de vous raisonner et de sortir de ce mode de pensée paranoïaque? Moi, ça m’arrive.

Des experts répondent à vos questions : un cancérologue répond à vos questions sur les interventions chirurgicales en relation avec le cancer du sein

Aujourd’hui, nous vous présentons les questions qui ont été abordées lors d’une session qui a eu lieu en mai 2021, au cours de laquelle le cancérologue Sandeep Sehdev, M.D., FRCPC, a répondu à des questions portant sur les interventions chirurgicales en relation avec le cancer du sein. Vous trouverez entre parenthèses la référence temporelle de chaque question dans la vidéo.

Articles scientifiques : quatre éléments importants à prendre en compte lorsqu’on lit des articles scientifiques sur le cancer du sein

La recherche sur le cancer du sein continue de fournir des résultats prometteurs et d’offrir des avancées dans le dépistage et le traitement de la maladie. De plus en plus d’études sont faites sur le sujet, ce qui représente de l’espoir pour les personnes atteintes de la maladie. Les titres des articles scientifiques clamant souvent la découverte de tel ou tel nouveau traitement, meilleur et moins invasif, il est important de bien comprendre les résultats de ces études et de ne pas se laisser emporter par les titres et les résumés d’articles. Ces conseils vous serviront également lorsque vous lirez les résultats d’une étude dans un article d’actualités ou sur tout autre site Web.

La mastectomie avec conservation de la plaque aréolo-mamelonnaire

La mastectomie avec conservation de la plaque aréolo-mamelonnaire (PAM) est une opération que l’on pratique sur les personnes à qui l’on doit retirer un ou deux seins en guise de traitement curatif ou préventif du cancer du sein. Lors de cette procédure, le chirurgien réalise une petite incision dans le sein afin de pouvoir retirer le tissu glandulaire mammaire qui se trouve sous la peau et le mamelon, et les laisser intacts. La reconstruction mammaire — à l’aide d’un implant ou de tissu naturel — peut se faire lors de la même opération. Cette procédure a pour objectif de concilier la préservation du sein et l’éradication de la tumeur dans le sein.

Des experts répondent à vos questions : un cancérologue répond à vos questions sur le cancer du sein RH positif

Aujourd’hui, nous vous présentons les questions qui ont été abordées lors d’une session qui a eu lieu en avril 2021, au cours de laquelle le cancérologue Sandeep Sehdev, M.D., FRCPC, a répondu à des questions portant sur le cancer du sein RH positif. Vous trouverez entre parenthèses la référence temporelle de chaque question dans la vidéo.

Le choix de notre système de soutien nous appartient

J’ai perdu ma chatte, Trixie-Belle. Elle est morte l’année dernière, une semaine avant les vacances d’hiver, d’un carcinome épidermoïde, un type très agressif du cancer de la bouche. Mon vétérinaire n’a rien pu faire pour la sauver. Un matin, elle s’est réveillée avec une tache sur le palais, puis après avoir réalisé toutes les analyses possibles et inimaginables et pris un traitement médicamenteux, elle s’en est allée.

Trousse numérique de défense des droits et de communication narrative du RCCS : la communication narrative comme outil de défense des droits et intérêts des patients

Même si diverses avancées ont été réalisées en matière de diagnostic, de traitement et de prise en charge du cancer du sein, les personnes qui se voient diagnostiquer un cancer du sein ou qui vivent avec la maladie se heurtent à des problèmes qui n’ont pas encore été pris en compte pas les organismes et les agences gouvernementales responsables. Par ailleurs, le grand public n’est, en général, pas conscient des conséquences quotidiennes du cancer du sein sur la vie des personnes qui en sont atteintes et leur famille.

Des experts répondent à vos questions : une cancérologue répond à vos questions sur le cancer du sein HER2 positif

Aujourd’hui, nous vous présentons les questions qui ont été abordées lors de la session du 21 avril 2021, au cours de laquelle la cancérologue Karen Gelmon, M.D., FRCPC, a répondu à des questions portant sur le cancer du sein HER2 positif. Vous trouverez entre parenthèses la référence temporelle de chaque question dans la vidéo.

FAQ sur le conseil génétique

Les conseillers en génétique sont des professionnels de la santé qui ont reçu une formation spécifique et qui ont de l’expérience dans les domaines de la génétique médicale et du conseil thérapeutique. Ils sont amenés à travailler avec des personnes et des familles qui présentent des antécédents ou des risques médicaux de maladies héréditaires. Leur rôle est d’identifier les personnes et les familles à risque, de leur fournir des informations et du soutien, de les renseigner sur les différents tests de dépistage et de prendre en charge l’organisation de ces tests, et de leur parler des ressources communautaires dont elles peuvent bénéficier.

Comment se motiver et pratiquer une activité physique?

C’est bien connu, l’activité physique permet de lutter contre la fatigue liée au cancer et aux traitements. Elle permet de soulager l’affaiblissement et les douleurs causés par les traitements et leurs effets secondaires, et aide à remédier au déconditionnement physique. Lorsque l’on a mal, que l’on est fatiguée et que l’on ne se sent pas bien, il peut être difficile de se motiver à faire de l’exercice. Pourtant, plusieurs études ont montré qu’effectuer une combinaison d’exercices de renforcement musculaire, d’aérobie et d’assouplissement permettait de diminuer ces symptômes handicapants dans la vie de tous les jours.

À quoi servent toutes ces analyses que l’on vous prescrit?

Afin d’établir un diagnostic, votre équipe soignante vous demandera d’effectuer différentes analyses de sang. Le plus souvent, ces analyses devront être régulièrement effectuées : à l’étape du diagnostic, pendant le traitement, pendant la période de suivi et au-delà. Chaque diagnostic et chaque traitement ont des spécificités qui nécessitent d’être surveillées. S’agissant des résultats des analyses, la plage normale de valeurs reflète uniquement les valeurs moyennes pour ces analyses au sein de la population. Il est possible d’obtenir des résultats qui se situent légèrement en dehors d’une plage normale de valeurs sans que cela n’ait de conséquence; dans ce cas, votre équipe soignante saura vous renseigner sur la pertinence de vos résultats.