By continuing to use our site, you consent to the processing of cookies, user data (location information, type and version of the OS, the type and version of the browser, the type of device and the resolution of its screen, the source of where the user came from, from which site or for what advertisement, language OS and Browser, which pages are opened and to which buttons the user presses, ip-address) for the purpose of site functioning, retargeting and statistical surveys and reviews. If you do not want your data to be processed, please leave the site.

La Voix Des Personnes Atteintes D'un Cancer Du Sein

Éducation

blogue À nous la parole


Contributor : CBCN Team

Peut-on prévenir une récidive du cancer du sein? Non, mais voici six étapes qui peuvent nous y aider.

Si j’avais été chercheuse et que j’avais découvert un moyen d’empêcher le cancer de récidive, je serais tellement riche aujourd’hui! Mais, ce n’est pas le cas. Je suis simplement une femme normale en proie à des coups de stress épisodiques à l’idée que son cancer revienne un jour. Je ne pense pas à ça constamment, mais ça m’arrive assez régulièrement pour que ça soit devenu une constante dans ma vie, comme une arrière-pensée toujours présente. C’est normal étant donné que j’ai eu un cancer du sein et que ça se peut qu’il revienne. Ces pensées semblent ressurgir et prendre de l’ampleur chaque fois que je dois faire une mammographie ou une échographie de contrôle. Et donc, comme en ce moment je pense au nombre de jours qu’il me reste avant mon prochain examen de contrôle, elles ont refait surface.

Questions et experts : Une oncologue médicale répond à vos questions sur le cancer du sein chez les personnes âgées

Aujourd’hui, nous vous présentons les questions qui ont été abordées lors d’une session de notre Q&E : Questions and Experts series qui a eu lieu le 19 septembre 2023, au cours de laquelle la Dre Tina Hsu, M.D., FRCPC, a répondu à des questions sur le cancer du sein chez les personnes âgées. Vous trouverez entre parenthèses la référence temporelle de chaque question dans la vidéo.

Mélanges d’émotions, identité et espoir

À l’annonce de son cancer du sein métastatique — un carcinome lobulaire — en 2019, Colleen Packer, qui habite à Calgary, est passée par toute une gamme d’émotions : « choc, frustration, peur, tristesse ». « J’en ai pleuré. La première année, ce diagnostic a eu d’énormes répercussions dans ma vie. Aujourd’hui, j’ai trouvé un certain équilibre. Je me sens beaucoup plus en contrôle. Mais, mes émotions restent complexes : je peux ressentir de la joie et de la tristesse, de la colère et de la gratitude, de la peur et de l’assurance, tout cela à la fois. Elles sont toutes justifiées et on doit les vivre comme il se doit, car elles font partie de l’expérience.

Présentation du programme de soutien aux patients HAVEN

Haven est un programme de soutien aux patients de Sentrex qui se spécialise en oncologie; l’ensemble du personnel possède donc une expertise en oncologie. D’ailleurs, tous les employés de Haven travaillaient dans des centres hospitaliers de cancérologie avant de se joindre à Sentrex. Haven offre certains services de soutien aux patients, comme l’aide au remboursement des assurances et des services de pharmacie.

Dépistage payant du cancer du sein : le prix peut en valoir la peine

J’ai toujours vécu au Canada, alors évidemment, j’ai supposé que j’aurais droit à toutes sortes d’examens et de dépistages gratuits lorsque j’ai découvert la masse dure de la taille d’un petit pois dans mon aisselle droite. Et pourtant. Voilà comment s’est déroulé le dépistage de mon cancer du sein.

Questions et experts : un médecin généraliste en oncologie répond à vos questions sur les soins post-traitement et de survie

Aujourd’hui, nous vous présentons les questions qui ont été abordées lors d’une session qui a eu lieu le 12 septembre 2023, au cours de laquelle l’omnipraticienne en oncologie Dre Anna Wilkinson, FP, GPO, a répondu à des questions portant sur les soins post-traitement et les soins de survie.

Ensemble, nous sommes plus fortes : mêmes gènes, même combat

Je m’appelle Cortney Drover et j’ai une sœur jumelle identique, qui s’appelle Connie Claeys. Nous avons toutes les deux 37 ans et sommes atteintes d’un cancer du sein métastatique de stade IV. En outre, étant des jumelles identiques, nous sommes toutes les deux porteuses du gène BRCA2. Voici notre histoire.

Le cancer du sein métastatique, l’affaire de tous

Selon une étude du National Cancer Institute, le nombre de femmes atteintes d’un cancer du sein métastatique, qui se caractérise en partie par la production incontrôlable de protéines par les cellules cancéreuses, ne cesse d’augmenter. Dans le même temps, les femmes atteintes de ce type de cancer vivent plus longtemps, en particulier les femmes d’un jeune âge, ce qui nécessite une augmentation des services disponibles et de la recherche.

Accident vasculaire cérébral, COVID, cancer : la lutte d’une soignante elle-même frappée par le cancer du sein

Les soignants s’entendent souvent dire « vous devez prendre aussi soin de vous lorsque vous prenez soin des autres ». Facile à dire, pas facile à faire. Cette phrase, je l’ai écrite en juin 2021 en vue de mon mémoire. À ce moment-là, je ne savais pas que 15 mois plus tard, j’écrirais sur un tout autre défi qui se présenterait à moi.

Libérez votre esprit : 5 types de ressources gratuites en psychothérapie à connaître absolument

Apprendre que l’on a un cancer du sein peut laisser littéralement sans voix, comme si on vous donnait un coup dans l’estomac et que cela vous empêchait de respirer et même, de réfléchir. C’est exactement ce qui m’est arrivé. Quand le médecin m’a dit « vous avez un cancer du sein », je n’ai ressenti aucune émotion ni aucune colère, aucune larme n’a coulé. Mon esprit et mon corps se sont tout simplement figés et tout ce qui m’entourait, y compris mon esprit, s’est embrumé. Je pense maintenant que cela était dû au choc du diagnostic, ce qui me semble une réaction raisonnable lorsque l’on reçoit une telle nouvelle qui a le potentiel de bouleverser sa vie. Et même si la brume qui s’était installée dans mon esprit a fini par se dissiper, je suis restée abasourdie par le caractère surréaliste de ma nouvelle réalité.

Le cancer du sein a transformé l’approche de Colleen en tant que directrice

Si vous appreniez que vous étiez atteinte d’une maladie incurable, le diriez-vous à vos collègues? Ne penseraient-ils pas que cela vous limiterait dans votre travail? C’est le dilemme auquel Colleen Packer a dû faire face en 2019, lorsqu’elle a appris qu’elle était atteinte d’un cancer du sein métastatique.

Journée mondiale de la recherche sur le cancer du sein

En mai 2021, la Dr. Susan Love Foundation, l’un des organismes de recherche sur le cancer du sein les plus importants aux États-Unis, a déclaré le 18 août comme Journée mondiale de la recherche sur le cancer du sein. Cette date a été choisie afin de symboliser une statistique importante : une femme sur huit sera atteinte d’un cancer du sang au cours de sa vie. La fondation souhaitait également distinguer cette journée du Mois de la sensibilisation au cancer du sein, célébré chaque année en octobre, afin de souligner la nécessité de sensibilisation, de soutien aux personnes atteintes de la maladie et de recherche tout au long de l’année. La fondatrice, la Dre Susan Love, est récemment décédée d’une leucémie récidivante, le 2 juillet 2023. Pionnière de la recherche sur le cancer du sein, elle était chirurgienne, défenseure des intérêts des patient(e)s et fervente critique du système médical patriarcal et du traitement paternaliste des femmes.

La neutropénie et la neutropénie fébrile

La neutropénie est une maladie causée par un taux anormalement faible de neutrophiles, un type de globules blancs. Les neutrophiles combattent les infections en éliminant les mauvaises bactéries et autres agents pathogènes néfastes transmissibles par le sang. La cause la plus commune de neutropénie lorsque l’on a un cancer du sein est la chimiothérapie, même si d’autres types de traitements médicamenteux contre le cancer peuvent en être également la cause.

La teigne, un effet indésirable caché du tamoxifène

Emprisonnée entre ma brassière, mon T-shirt en coton et mon pantacourt, la sueur se mélangeait à la poussière et à la crasse avant d’être absorbée par mes vêtements, puis par ma peau. Les deux douches froides que je prenais chaque jour — une aux aurores, avant de partir pour la journée, et l’autre le soir, juste avant de me glisser sous un drap fin pour la nuit — n’y faisaient rien, la teigne s’est quand même développée.

Recommencer à faire des rencontres amoureuses lorsque l’on a ou que l’on a eu un cancer du sein

L’idée de recommencer à faire des rencontres amoureuses après avoir eu un cancer du sein peut susciter de la nervosité ou de l’excitation. Cela peut aussi raviver ou accroître les émotions que l’on a ressenties lors de l’annonce du diagnostic ou pendant les traitements. Chez les personnes qui font de l’anxiété ou de la dépression, ces émotions peuvent les amener à se focaliser uniquement sur les aspects négatifs de la rencontre amoureuse. Et si l’on est réticent, on pourrait avoir de la difficulté à s’imaginer rencontrer des gens et apprécier cela. Même si les experts en relations amoureuses s’accordent à dire que les personnes ayant survécu à un cancer ne devraient pas avoir plus de problèmes à rencontrer du monde que celles n’ayant jamais eu de cancer, les changements physiques et psychologiques qui peuvent survenir en nous pourraient nous faire douter de nos capacités et nous poser des questions.

NavFin 5 : Programmes gouvernementaux

Un diagnostic de cancer du sein peut engendrer de sérieuses répercussions financières, surtout pour les personnes qui se trouvent déjà dans une situation financière précaire. Compte tenu de la composante émotionnelle et psychologique qui accompagne le diagnostic, nous pensons que les personnes atteintes d’un cancer du sein devraient pouvoir se concentrer sur leur santé et ne pas avoir à composer avec des problèmes d’ordre financier. C’est la raison pour laquelle nous avons créé l’outil Explofinances, une base de données répertoriant les différents programmes d’aide financière disponibles dans tout le Canada.

Points saillants de la conférence 2023 de l’ASCO

Cette année, la conférence annuelle de l’American Society of Clinical Oncology (ASCO) a eu lieu du 2 au 6 juin 2023. Le RCCS a eu le plaisir d’y participer et d’en apprendre plus sur d’intéressantes et innovantes études. Vous trouverez ci-dessous certains points saillants de cette conférence.

Parlons argent : 5 ressources financières

Lorsque j’ai appris que j’avais un cancer du sein, je ne savais pas à quel point cela allait être difficile. Je ne parle pas de l’opération, car j’avais déjà subi une importante opération et je n’avais pas peur de l’anesthésie ni de la procédure en elle-même. Par ailleurs, mon seul objectif étant de survivre, j’avais les idées très claires, et je ne laissais place à aucune pensée ni émotion. La réalité, la peur, l’anxiété, l’espoir… tout cela allait venir plus tard.

Mieux répondre aux besoins médicaux des populations autochtones

Le 21 juin est la Journée nationale des peuples autochtones. C’est une occasion spéciale de souligner, pour tous les Canadiens, le patrimoine unique, la diversité culturelle et les réalisations remarquables des Premières Nations, des Inuit et des Métis. C’est également l’occasion de porter une attention particulière aux différents défis auxquels les populations autochtones continuent de faire face, comme le racisme, le colonialisme et l’accès aux soins médicaux. La géographie, l’accessibilité et la disponibilité des services, ainsi que les différences culturelles, contribuent aux inégalités que subissent ces populations.

Vous arrive-t-il de vous sentir invisible?

Il y a quelques années, l’une de mes amies m’a raconté un phénomène qui se passait pendant son premier trimestre grossesse. Elle était ravie d’être enceinte, mais souhaitais, pendant les trois premiers mois à risque, garder sa grossesse secrète. Elle était tout le temps malade, et avait des nausées intenses et était extrêmement fatiguée, symptômes qui, disait-elle, s’aggravaient pendant le trajet en métro qu’elle faisait deux fois par jour entre son domicile et son travail et qui durait 25 minutes. Malgré le fait qu’elle n’avait pas bonne mine, qu’elle transpirait et qu’elle n’arrivait pas à maintenir son équilibre cherchant constamment à s’agripper à une barre ou à une rampe dans le métro, personne ne lui a jamais offert de lui laisser son siège. Pas une seule fois en 90 jours. Elle se sentait invisible. Et en fait, elle l’était vraiment.