La Voix Des Canadiennes Atteintes D'un Cancer Du Sein

Éducation

blogue À nous la parole

Conseils pour atténuer la fatigue

La fatigue liée au cancer dépasse largement la lassitude éprouvée après une longue et dure journée. Votre traitement contre cette maladie peut provoquer une impression d’épuisement physique complet. Vous devenez si exténuée qu’il vous est impossible de sortir du lit. Peu importe le temps passé à vous reposer, votre énergie ne revient pas.

Cette situation s’avère plus courante que vous ne le croyez. Selon l’organisme Cancer Research UK, entre 7 et 8 personnes sur 10 qui souffrent d’un cancer éprouvent de la fatigue. Cette proportion est élevée parce que la quasi-totalité des traitements peut entraîner de la fatigue. Quelques jours après la séance de chimiothérapie, la faiblesse s’installe. Elle s’aggravera graduellement lorsque commencera la radiothérapie et les effets de cet épuisement perdureront. D’autres effets secondaires du traitement, telle l’anémie, peuvent également provoquer de la lassitude. Nous savons que le traitement du cancer cause de la fatigue, mais nous n’en comprenons ni la raison ni les mécanismes. Conséquemment, la faire disparaître complètement s’avère une tâche ardue. Vous pouvez cependant utiliser certaines stratégies pour gérer votre fatigue et augmenter votre niveau d’énergie.

L’exercice. Même si cela peut vous sembler contradictoire, l’activité physique peut vous aider à retrouver votre dynamisme. Il importe de commencer par se fixer de petits objectifs, même si vous faisiez de l’exercice avant votre diagnostic. Le simple fait de marcher suffit à améliorer votre santé mentale et physique, même les jours où vous ne parvenez qu’à vous rendre au bout de votre entrée de cour. Augmentez graduellement la fréquence ou l’intensité de vos activités physiques lorsque vous vous sentez prête. Trouvez-vous un partenaire d’exercice qui pourra vous motiver les jours où vous ne voulez pas sortir du lit. Si vous avez subi une opération ou si vous avez des os fragiles à cause de votre cancer, consultez d’abord votre médecin pour déterminer le type d’activités approprié pour vous.

L’alimentation. Il existe une panoplie d’aliments énergétiques qui peuvent atténuer vos symptômes de fatigue. Une saine alimentation comprenant des aliments riches en protéines comme le poisson, le poulet et les œufs ainsi que des aliments riches en fibres comme les grains entiers et les légumineuses contribue à une plus grande vitalité. Les personnes souffrant de fatigue rencontrent souvent un problème de taille : elles n’ont pas l’énergie suffisante pour sortir, acheter ces produits et les apprêter. Ces obstacles peuvent sembler insurmontables. Il existe des façons d’obtenir les éléments nutritifs dont vous avez besoin les jours où l’énergie atteint un creux. Privilégier de petites portions ou des collations fréquentes vous garantira un apport alimentaire adéquat sans trop d’efforts. Manger des céréales riches en fibres ou des noix en guise de collation ne requiert pratiquement aucune préparation. Acheter des légumineuses en conserve procure un apport supplémentaire de protéines sans nécessiter beaucoup d’efforts. (Veillez toutefois à ne pas consommer trop d’aliments en conserve puisqu’ils peuvent contenir une quantité élevée de sodium.) Quand votre niveau d’énergie commencera à s’améliorer, vous pourrez davantage vous consacrer à la préparation des repas et au maintien de votre vitalité.

Traitez vos autres effets secondaires. La fatigue peut être provoquée par les effets secondaires des autres traitements. Conséquemment, vous en occuper rehaussera sans doute votre niveau d’énergie. En modifiant votre alimentation de façon à consommer plus de fer, vous serez mieux en mesure de combattre la fatigue causée par l’anémie, c’est-à-dire la diminution du nombre de globules rouges dans votre sang. Vous pourriez ainsi privilégier les aliments riches en fer ou prendre des suppléments de fer, mais assurez-vous de consulter votre médecin avant de recourir à tout nouveau médicament ou supplément.

En raison de ses symptômes, la dépression peut souvent être confondue avec la fatigue. Rencontrer un spécialiste ou discuter avec vos proches de votre état dépressif peut améliorer votre bien-être bien au-delà de votre lassitude. Lisez notre article de blogue sur l’anxiété et la dépression pour obtenir plus de renseignements sur les façons de favoriser votre bien-être.

La douleur considérable ressentie à cause du traitement peut réduire votre mobilité et augmenter votre épuisement. Gérer la douleur ressentie lors des activités quotidiennes puise dans les réserves énergétiques d’une personne. Consultez nos articles de blogue sur l’arthralgie et la neuropathie pour découvrir des moyens de soulager votre douleur. Parlez-en également à votre médecin.

La conservation de l’énergie. Avez-vous entendu parler de la Théorie des cuillères ? Il s’agit du concept selon lequel une personne qui vit avec une maladie chronique possède une quantité définie d’énergie à dépenser durant une journée. L’auteure, Christine, explique que chaque matin, elle dispose d’un certain nombre de cuillères (les cuillères étant de l’énergie). Le simple fait de sortir du lit ou de se brosser les dents requiert une cuillère. Ces activités banales consument l’énergie dont vous avez besoin pour accomplir les tâches importantes de la journée. Planifier, prévoir des périodes de repos et vous ménager vous aident à préserver votre vitalité pour vos activités, obligatoires ou non.

Voici d’autres conseils pratiques pour vous redonner de l’énergie et améliorer votre qualité de vie :

  • Évitez de consommer des boissons caféinées avant d’aller au lit.
  • Faites de courtes siestes durant le jour et tentez de dormir entre 7 et 8 heures par nuit.
  • Buvez beaucoup d’eau.
  • Entraînez-vous à la maison plutôt qu’au gym.
  • Remarquez à quels moments de la journée vous avez plus d’énergie et planifiez vos activités à ces moments.
  • Consultez votre médecin pour vous assurer que vous ne combattez pas une infection.
  • Recevez vos traitements contre le cancer à la fin de la journée de manière à pouvoir aller vous coucher à la maison tout de suite après.

Articles connexes :

  • 2018-02-08 00:00

    C’est bien de se fixer des objectifs ambitieux.

    Je disputai mon premier marathon l’année où je fêtai mes 50 ans. J’en terminai un autre deux ans plus tard. J’adorais poursuivre des objectifs de mise en forme qui me forçaient à me dépasser physiquement. Courir régulièrement me faisait sentir forte et en bonne santé. En novembre 2015, je me donnai un nouveau but : courir un marathon à l’automne 2016 suffisamment rapidement pour me qualifier pour le marathon de Boston.