By continuing to use our site, you consent to the processing of cookies, user data (location information, type and version of the OS, the type and version of the browser, the type of device and the resolution of its screen, the source of where the user came from, from which site or for what advertisement, language OS and Browser, which pages are opened and to which buttons the user presses, ip-address) for the purpose of site functioning, retargeting and statistical surveys and reviews. If you do not want your data to be processed, please leave the site.

La Voix Des Canadiennes Atteintes D'un Cancer Du Sein

Éducation

blogue À nous la parole


Tag : cancer

Ce que votre oncologue veut que vous sachiez pendant la crise de la COVID-19

Faire face à un cancer du sein représente un défi en soi, mais en cette période incertaine durant laquelle notre système de santé doit rapidement s’adapter aux répercussions de la COVID-19, ce diagnostic s’accompagne d’un plus grand nombre d’obstacles, de modifications des schémas thérapeutiques et de reports de rendez-vous. Cette situation peut susciter des angoisses supplémentaires et des questions au sujet des répercussions de ces changements sur le résultat des traitements.

Notre nouveau livre blanc : que disent les patientes et les médecins au sujet de l’utilisation des biosimilaires pour traiter le cancer du sein ?

L’an dernier, nous avons abondamment échangé sur les biosimilaires dans le cadre de ce blogue. Nous y expliquions en quoi ils consistent et pourquoi les connaître est important. Des biosimilaires feront leur entrée dans le monde du traitement du cancer du sein plus tard cette année, mais des interrogations subsistent et des discussions ont toujours cours sur la façon dont ils affecteront les patientes actuelles et futures. Pour mieux comprendre les questions soulevées et les différents points de vue, nous avons décidé de rassembler ceux qui seront les plus touchés par ces changements : les patientes et les médecins.

Les biosimilaires contre le cancer : ce qui nous attend

Les médicaments biosimilaires sont utilisés depuis déjà quelques années au Canada, surtout dans le domaine des maladies chroniques et celui des soins de soutien. Mais dans un avenir rapproché, ils serviront également à traiter le cancer. Il n’existe pas beaucoup d’information au sujet de ces nouveaux biosimilaires anticancéreux et il importe que les patientes atteintes d’un cancer du sein sachent de quelle façon ces médicaments innovants pourraient affecter leur plan de traitement. Attardons-nous à quelques biosimilaires émergents qui seront bientôt employés en oncologie.

Courir sa chance

C’est bien de se fixer des objectifs ambitieux.

Je disputai mon premier marathon l’année où je fêtai mes 50 ans. J’en terminai un autre deux ans plus tard. J’adorais poursuivre des objectifs de mise en forme qui me forçaient à me dépasser physiquement. Courir régulièrement me faisait sentir forte et en bonne santé. En novembre 2015, je me donnai un nouveau but : courir un marathon à l’automne 2016 suffisamment rapidement pour me qualifier pour le marathon de Boston.

Conseils pour atténuer la fatigue

La fatigue liée au cancer dépasse largement la lassitude éprouvée après une longue et dure journée. Votre traitement contre cette maladie peut provoquer une impression d’épuisement physique complet. Vous devenez si exténuée qu’il vous est impossible de sortir du lit. Peu importe le temps passé à vous reposer, votre énergie ne revient pas.

Nous pouvons. Je peux. Faciliter l’accès au traitement du cancer et améliorer la qualité de vie des Canadiennes ayant un cancer du sein.

Le 4 février se tient la Journée mondiale contre le cancer, un événement planétaire annuel qui réunit des gens du monde entier préoccupés par la lutte contre le cancer. En ce moment, 8,8 millions de personnes meurent de cette maladie annuellement dans le monde et le cancer du sein demeure le cancer le plus fréquemment diagnostiqué chez les femmes.

Demandez à un expert : la neutropénie fébrile expliquée

La neutropénie fébrile est un effet secondaire fréquent et potentiellement grave de la chimiothérapie.