La Voix Des Canadiennes Atteintes D'un Cancer Du Sein

Éducation

blogue À nous la parole

Allaiter après un diagnostic de cancer du sein

L’allaitement naturel a été associé à quelques bienfaits pour la santé, notamment la réduction du risque de souffrir d’un cancer du sein1. Cela pourrait s’expliquer par la diminution de l’exposition à l’œstrogène et par la perte de tissu mammaire2. Mais qu’arrive-t-il lorsque l’allaitement ne peut pas réduire votre risque de cancer du sein parce que vous avez déjà reçu un tel diagnostic ? L’allaitement maternel comporte son lot de défis, mais avoir un nouveau-né tout en affrontant un cancer du sein s’accompagne de complications inédites. L’une d’entre elles consiste à savoir si vous pouvez allaiter et si c’est le cas, comment vous y prendre.

Les opérations, les traitements et les moments où vous pouvez allaiter

La possibilité d’allaiter ou non dépend beaucoup du type de traitement ou d’intervention chirurgicale que vous subissez. Dans tous ces cas, il demeure recommandé de discuter avec votre médecin de première ligne de la meilleure voie à suivre. Nous énumérerons en premier les traitements et interventions chirurgicales qui rendent l’allaitement impossible, puis nous poursuivrons avec les situations où la décision est prise au cas par cas.

Double mastectomie (ou mastectomie bilatérale)

L’allaitement s’avère impossible après une double mastectomie puisque tous les canaux galactophores sont retirés au cours de ce type d’intervention.

Hormonothérapie

Les médicaments utilisés sur une longue période, comme le tamoxifène et le trastuzumab, passent dans le lait maternel. Conséquemment, si vous prenez de tels médicaments, vous ne pourrez pas allaiter votre enfant3

Chimiothérapie

Si vous subissez actuellement un traitement de chimiothérapie, vous ne pouvez pas allaiter. Les médicaments de chimiothérapie détruisent les cellules à croissance rapide et sont par le fait même très toxiques. Puisqu’ils peuvent être transmis aux bébés par le lait maternel, il n’est pas conseillé d’allaiter.

Si vous avez subi une chimiothérapie, il faudra patienter un certain temps avant de pouvoir allaiter. Demandez dans ce cas à votre médecin de premier recours, à votre obstétricien-gynécologue, au pédiatre de votre enfant à quel moment vous pouvez commencer à allaiter en toute sécurité. Cette période d’attente existe pour s’assurer que toute trace du médicament a disparu de votre système. Si vous n’avez pas à attendre très longtemps, on vous conseillera peut-être de tirer votre lait et de le jeter jusqu’à ce qu’il puisse être donné à votre enfant.

Tumorectomie

Tout dépendant de la quantité de tissu mammaire retirée, vous devriez être en mesure d’allaiter après une tumorectomie. Si beaucoup de tissu mammaire a été prélevé, vous ne produirez peut-être pas beaucoup de lait avec ce sein, mais vous devriez pouvoir allaiter avec l’autre. Si le lait d’un seul sein ne suffit pas, vous pourriez peut-être envisager de recourir à du lait maternisé comme complément ou à du lait maternel de donneuses. Votre médecin ou votre consultante en lactation devrait être en mesure de vous renseigner sur les étapes à suivre.

Mastectomie unilatérale

Une mastectomie unilatérale consiste à n’enlever que le sein touché par le cancer. L’allaitement demeure donc possible du côté du sein non opéré. Encore une fois, vous pouvez songer à utiliser du lait maternisé si le lait d’un seul sein ne suffit pas. Communiquez avec une conseillère en allaitement ou une consultante en lactation pour en savoir plus à ce sujet.

Radiothérapie

Même si l’allaitement naturel est jugé sécuritaire pendant une radiothérapie externe pour traiter le cancer du sein, il est préférable de vérifier auprès de votre médecin de première ligne avant de commencer. Dans certains cas, le rayonnement peut endommager le tissu mammaire, ce qui se traduit par une production de lait faible ou inexistante. Si cette situation survient, vous pouvez allaiter avec le sein intact et recourir à du lait maternisé si la quantité de lait maternel se révèle insuffisante.

Anesthésie

Il est généralement sécuritaire d’allaiter après une anesthésie puisque les anesthésiants ne se retrouvent pas dans le lait.

Bonnes habitudes d’allaitement

Comme toujours, votre médecin de première ligne vous indiquera les meilleures étapes à suivre. Discutez avec lui ou elle des interventions chirurgicales et du traitement qui vous sont offerts pour comprendre de quelles manières ils peuvent influer sur votre capacité d’allaiter. Bien que l’allaitement naturel permette de tisser un lien fort entre vous et votre enfant, votre santé et celle de votre bébé demeurent plus importantes. Ainsi, même si vous gardez à l’esprit la façon dont votre traitement et votre opération se répercuteront sur l’allaitement, il importe de choisir la meilleure option pour traiter votre cancer du sein.

Si vous pouvez poursuivre l’allaitement, mais que vous ne produisez pas suffisamment de lait (ce qui peut être le cas si vous n’allaitez qu’avec un seul sein), vous pouvez offrir du lait maternisé et du lait maternel. Si vous empruntez cette voie, vous pouvez vous envisager d’utiliser un dispositif d’aide à l’allaitement. Il s’agit d’un petit tube (cathéter ou sonde) collé sur la peau de votre sein par lequel le lait maternisé d’une bouteille est acheminé au mamelon. Si vous allaitez et que vous devez cesser, il est préférable de sevrer votre enfant si cela est possible au lieu de tout simplement arrêter d’un coup. Le sevrage permet d’éviter un engorgement des seins ou une mastite. Une consultante en lactation peut vous suggérer un horaire pour sevrer votre bébé et exprimer du lait pour réduire le risque de rencontrer ces problèmes. Si vous ne pouvez pas allaiter votre enfant, vous pouvez songer à faire appel à un don de lait maternel si votre objectif principal demeure d’offrir du lait maternel à votre enfant.

Peu importe la voie que vous choisissez, sachez que l’impossibilité d’allaiter ou le recours à des mesures supplémentaires ne diminuent en rien votre valeur en tant que mère. Même sans l’inquiétude que suscite un diagnostic de cancer du sein, les nouvelles mères doivent composer avec différentes complications liées à l’allaitement. Tant que votre enfant est aimé et qu’il obtient les soins nécessaires, la provenance de son alimentation est une question secondaire.

Ressources pour démarrer vos recherches

Alberta

Alberta Health Services — Lactation Services

Alberta Independent Registered Lactation Consultants

Northern Star Mothers Milk Bank

Riley Park Maternity Clinic

Colombie-Britannique

British Columbia Lactation Consultant Association

BC Women’s Provincial Milk Bank

Manitoba

Foundations Birth Services

The Birth Centre (Le Centre de naissance – un dépliant est offert en français)

Winnipeg Breastfeeding Centre (Des services en français y sont offerts.)

Nouveau-Brunswick

Gouvernement du Nouveau-Brunswick — Services de soutien à l’allaitement maternel

Terre-Neuve-et-Labrador

Baby-Friendly Newfoundland and Labrador

Territoires du Nord-Ouest, Nunavut et Yukon

Centre de santé de Whitehorse

Nouvelle-Écosse

Good Latch

The Nurturing Touch

Ontario

Monarch Centre

Répertoire en ligne bilingue des services d’allaitement de l’Ontario

Télésanté Ontario

The Rogers Hixon Ontario Human Milk Bank

Île-du-Prince-Édouard

Santé Î.-P.-É. — Allaitement maternel et Initiative des amis des bébés

Québec

Association québécoise des consultantes en lactation diplômées de l’IBLCE

Héma-Québec — Banque publique de lait maternel

Difficultés d’allaitement et solutions

Saskatchewan

Saskatchewan Lactation Consultant Association

Saskatchewan Milk Bank

Partout au Canada

Association canadienne des consultantes en lactation

Ligue La Leche

Photo by