By continuing to use our site, you consent to the processing of cookies, user data (location information, type and version of the OS, the type and version of the browser, the type of device and the resolution of its screen, the source of where the user came from, from which site or for what advertisement, language OS and Browser, which pages are opened and to which buttons the user presses, ip-address) for the purpose of site functioning, retargeting and statistical surveys and reviews. If you do not want your data to be processed, please leave the site.

La Voix Des Canadiennes Atteintes D'un Cancer Du Sein

Information

Vivre avec le cancer du sein

Questions pratiques


Annoncer à votre enfant que vous souffrez d’un cancer du sein

Dire à vos enfants que vous avez un cancer du sein peut être un défi. Vous devez trouver un équilibre entre ne pas les apeurer, les accabler et ne pas les laisser se faire des idées au sujet de ce qui vous contrarie. Les enfants ont cette habileté innée de sentir que quelque chose ne tourne pas rond. S’ils ne possèdent pas toute l’information, ils peuvent inventer des scénarios bien pires que la réalité. C’est pourquoi il importe de faire preuve d’honnêteté à leur endroit et de garder ouverts les canaux de communication.

Voici quelques façons d’aborder le sujet avec un plus vieux. Vous pouvez bien sûr adapter ces suggestions à votre guise. Pour obtenir des exemples s’adressant à des enfants de tous âges, veuillez consulter les ressources énumérées à la fin de cette section.

  • « Je souffre d’une maladie appelée cancer du sein. Des bosses grossissent dans mon sein et ce n’est pas normal. Je devrai aller à l’hôpital pour me les faire enlever. Je recevrai ensuite des traitements pour être certaine qu’elles ne réapparaissent pas. »
  • « Tu n’as pas à t’inquiéter : les médecins prendront bien soin de moi. Je subirai des traitements bientôt et je t’en reparlerai lorsqu’ils commenceront. »
  • « Le fait que j’ai le cancer ne veut pas dire que tu l’auras toi aussi. Ce n’est pas contagieux (tu ne peux pas l’attraper). »
  • « Ce n’est pas ta faute si j’ai le cancer. Ça n’a rien à voir avec ce que tu aurais pu dire, faire ou penser. »
  • « Beaucoup de personnes souffrent d’un cancer. La cause de cette maladie est inconnue. La majorité des gens guérissent et ça sera probablement le cas pour moi aussi. »
  • « Même s’il y aura sans doute des changements à la maison, tu pourras poursuivre tes activités habituelles pendant que je reçois des traitements. »
  • « Quoi qu’il arrive, tu ne manqueras ni d’amour ni de soins. »
  • « Si tu as des questions ou des inquiétudes, ne les garde pas pour toi. Viens me parler. Tu peux aussi aller voir une autre personne si tu préfères. »

Si vos enfants sont adultes, leur annoncer est tout aussi difficile. Ils auront peut-être beaucoup d’interrogations et de sentiments à gérer. Discuter avec eux de votre plan de traitement pourrait les aider à faire face à la nouvelle. Vous pouvez envisager de les laisser parler avec votre médecin s’ils ont des questions. Vous aurez peut-être parfois besoin de leur soutien pour accomplir certaines tâches quotidiennes ou vous voudrez leur avis lorsque viendra le temps pour vous de prendre des décisions au sujet de votre traitement.

Un travailleur social de votre centre anticancéreux pourrait vous aider à trouver les bons mots. Vous pouvez également consulter les ressources ci-dessous :


La Société canadienne du cancer a un répertoire pour trouver des services de soutien dans votre région. Accédez-y ici :