By continuing to use our site, you consent to the processing of cookies, user data (location information, type and version of the OS, the type and version of the browser, the type of device and the resolution of its screen, the source of where the user came from, from which site or for what advertisement, language OS and Browser, which pages are opened and to which buttons the user presses, ip-address) for the purpose of site functioning, retargeting and statistical surveys and reviews. If you do not want your data to be processed, please leave the site.

La Voix Des Canadiennes Atteintes D'un Cancer Du Sein

Éducation

blogue À nous la parole

S’adapter à la vie après la fin du traitement

Vos traitements de chimiothérapie et de radiothérapie sont derrière vous, tout comme les interventions chirurgicales. Vous pensez que vous devriez célébrer votre retour à la normale. Mais vous avez l’impression que vous n’êtes plus la même personne qu’avant votre diagnostic. Le cancer du sein vous a changée à de nombreux égards : physiquement, émotivement et spirituellement.

La docteure Bonnie McGregor, psychologue clinicienne au Fred Hutchinson Cancer Research Center à Seattle, affirme que : « Le cerveau — la représentation que se fait votre cerveau de votre corps — doit changer, à l’instar de votre corps. Il y a un décalage, et un chagrin aussi. L’image de ce que vous étiez n’existe plus. Il y a une nouvelle image, un nouveau corps. C’est incroyable de constater que nous pouvons guérir et que nous pouvons nous transformer en ces nouveaux corps. Cependant, un élément du processus de convalescence est émotif. Il vous faut retrouver votre corps et affronter la douleur et le sentiment d’avoir été trahie1. »

Après la fin du traitement, certains effets secondaires peuvent prendre un certain temps pour disparaître. D’autres peuvent apparaître des années plus tard : un lymphœdème, de la douleur, de la fatigue, des problèmes de fonctions physiques ou cognitives, des troubles du sommeil, de l’ostéoporose, des problèmes de poids ainsi que des difficultés d’ordre social et affectif.

Les membres de votre famille et vos amis s’attendent peut-être à ce que vous repreniez toutes les activités auxquelles vous vous adonniez avant votre diagnostic. Il est important que vous décidiez par vous-même ce que vous pouvez accomplir et que vous sensibilisiez votre entourage à vos limites dans vos activités. Vous devrez peut-être dire « non » plus souvent, demander de l’aide et planifier des périodes de repos, surtout lors des jours suivant la fin du traitement. Selon le site Web Second Opinion, « il peut parfois s’écouler un an ou plus avant de retrouver un niveau d’énergie suffisant et un sentiment de bien-être2. »

Votre équipe d’oncologie, qui a travaillé étroitement avec vous pendant le traitement, ne vous verra plus aussi souvent. Vous devrez peut-être faire le deuil de la perte de cette relation tout en nouant des liens avec les médecins et le personnel infirmier qui assureront votre suivi.

Souciez-vous de votre santé émotionnelle. Faites part de vos sentiments et de vos préoccupations aux membres de votre famille et à vos amis. Vous pouvez aussi les consigner par écrit dans un journal. Joignez-vous à un groupe de soutien pour les survivantes et lisez leurs récits pour y découvrir des conseils sur la façon de donner un sens à cette expérience. Accordez du temps à des techniques de relaxation comme la méditation, la visualisation, le yoga ou la respiration profonde. Si la tristesse ou l’anxiété constituent un obstacle à vos activités quotidiennes, demander à votre médecin un renvoi vers des services de counselling.

Certaines survivantes du cancer du sein considèrent que leur expérience a changé leur vie. Vous avez peut-être de nouvelles valeurs ou une façon différente de voir la vie. Vous avez peut-être trouvé une nouvelle signification à vos croyances spirituelles. Vous pourriez vouloir entreprendre de nouvelles activités, comme voyager, ou changer d’orientation professionnelle. Peut-être désirerez-vous améliorer vos habitudes de vie, en mangeant mieux et en cessant de fumer par exemple. Ou peut-être choisirez-vous de partager ce que vous avez appris de votre expérience avec le cancer en faisant du bénévolat et en racontant votre histoire à des patientes atteintes d’un cancer et à des survivantes.

En effet, votre vie est maintenant indéniablement différente de celle que vous aviez avant votre diagnostic. Au cours des prochains mois, vous développerez une « nouvelle normale ».