La Voix Des Canadiennes Atteintes D'un Cancer Du Sein

Éducation

blogue À nous la parole

Le point sur la recherche : avril

Voici quelques faits saillants des plus récentes recherches sur le cancer du sein :

  1. Une nouvelle recherche permet de mieux comprendre comment le cancer forme des métastases
    Une étude restreinte a révélé que la propagation du cancer du sein est souvent favorisée par une multitude de gènes. Cela laisse croire qu’il pourrait être avantageux d’utiliser divers types de médicaments pour le traiter. Une autre conclusion est que de nombreux gènes responsables du cancer primaire pourraient aussi être impliqués dans la formation de métastases. Apprenez-en davantage (en anglais seulement).
     
  2. Dans un nouvel énoncé, des cardiologues américains soulignent le risque de maladie cardiaque causée par certains traitements contre le cancer du sein
    Certaines chimiothérapies peuvent engendrer un risque accru d’insuffisance cardiaque et d’autres maladies cardiovasculaires des années après la fin du traitement. Même si elle ne recommande pas aux femmes d’éviter ces chimiothérapies, l’American Heart Association souhaite informer les femmes des risques qui y sont associés pour aider à prévenir ou à diminuer les complications d’une maladie cardiaque. En savoir plus (en anglais seulement)
     
  3. Prendre des multivitamines pourrait réduire les effets secondaires de la neuropathie périphérique induite par la chimiothérapie (NPIC)
    En effectuant une vaste étude sur les patientes atteintes d’un cancer du sein, les chercheurs ont constaté que celles qui prenaient régulièrement des multivitamines avant leur diagnostic souffraient moins de NPIC, un effet secondaire courant de la chimiothérapie. Ils ont remarqué la même chose, mais à un degré moindre, chez les personnes qui consommaient des multivitamines pendant leur traitement de chimiothérapie. Lisez-en davantage (en anglais seulement)
     
  4. Des chercheurs ont découvert 110 gènes liés à un risque accru de cancer du sein
    C’est en effectuant la recherche la plus exhaustive jamais réalisée que des chercheurs ont pu analyser des gènes qui interagissent avec les régions d’ADN associées au cancer du sein. Ils ont également fait le lien entre 32 de ces gènes et la durée de survie des femmes après un cancer du sein. Cette découverte pourrait mener à de nouveaux tests génétiques permettant de prédire le risque ainsi qu’à des traitements plus ciblés. Apprenez-en plus 
     
  5. Les patientes atteintes d’un cancer du sein CCIS présentent un risque de récidive moindre si leur cancer est de type ER+ ou si elles sont ménopausées
    Une nouvelle recherche présentée à la 11e conférence européenne sur le cancer du sein révèle que les patientes atteintes d’un carcinome canalaire in situ (CCIS) courent un risque de récidive plus faible si elles sont ménopausées ou si leur cancer possède des récepteurs d’œstrogènes positifs (ER+). Même si le risque de récidive s’avère globalement relativement peu élevé dans les cas de CCIS, ces facteurs pourraient mener à d’autres recherches pour déterminer si un traitement moins agressif serait possible. En savoir davantage (en anglais seulement)
     
  6. De nouvelles données prometteuses pour le traitement du cancer du sein inflammatoire
    Dans le cadre d’un petit essai clinique de phase I destiné aux patientes atteintes d’un cancer du sein inflammatoire ou d’une récidive locale, de faibles taux de toxicité sévère furent observés après un traitement qui combinait la radiothérapie au veliparib après une intervention chirurgicale. L’essai toutefois a démontré un taux plus élevé d’effets indésirables trois ans après le traitement, ce qui met en évidence la nécessité d’effectuer un suivi à long terme. En lire plus (en anglais seulement)