La Voix Des Canadiennes Atteintes D'un Cancer Du Sein

Éducation

blogue À nous la parole


Comment se motiver et pratiquer une activité physique?

Par Jaime Glassman, kinésiologue chez Willkin

C’est bien connu, l’activité physique permet de lutter contre la fatigue liée au cancer et aux traitements. Elle permet de soulager l’affaiblissement et les douleurs causés par les traitements et leurs effets secondaires, et aide à remédier au déconditionnement physique. Lorsque l’on a mal, que l’on est fatiguée et que l’on ne se sent pas bien, il peut être difficile de se motiver à faire de l’exercice. Pourtant, plusieurs études ont montré qu’effectuer une combinaison d’exercices de renforcement musculaire, d’aérobie et d’assouplissement permettait de diminuer ces symptômes handicapants dans la vie de tous les jours.

Dans notre dernier article, nous vous expliquions comment commencer à faire de l’activité physique, mais il existe aussi des moyens pour garder le cap et continuer à rester actif pendant vos traitements. Vous pouvez, par exemple, choisir de faire de l’exercice par vous-même, de rejoindre un groupe ou de travailler avec un spécialiste dans un environnement supervisé.

En solo

Quand on commence ou qu’on recommence à faire de l’activité physique, la clé réside dans la constante et dans la progression. L’Organisation mondiale de la Santé recommande de faire 150 minutes d’exercice d’intensité modérée ou 75 minutes d’exercice d’intensité soutenue par semaine, mais vous pouvez commencer doucement et progresser à votre rythme.

Le choix des exercices à faire dépend de vos symptômes, de votre état de santé et de votre niveau de fatigue. Au début, vous pourrez vous sentir plus rapidement fatiguée, ce qui est tout à fait normal. Pour progresser en toute sécurité, écoutez votre corps, accordez-vous suffisamment de repos et hydratez-vous bien.

Choisissez une activité ou un sport que vous aimez ou, tout simplement, faites une activité énergique avec vos amis. Vous pouvez en profiter pour apprendre à faire quelque chose, décider de sortir prendre l’air plus souvent ou faire quelques exercices d’assouplissement chaque soir. Ce sont là d’excellents moyens de commencer à faire plus d’activité physique au quotidien.

Vous pouvez, par exemple, décider de faire une marche de 10 minutes chaque jour, avant que vous ne vous sentiez trop fatiguée, 5 jours par semaine, pendant plusieurs semaines d’affilée. Quand vous sentez que cela devient plus facile et que vous pouvez en faire plus, ajoutez quelques minutes à votre routine. Autre exemple, si au grand maximum, vous arrivez à vous lever d’une chaise sans utiliser les mains 10 fois de suite, essayez de commencer avec 5 ou 8 répétitions deux fois par semaine, que vous augmenterez jusqu’à ce que vous arriviez à faire 10 répétitions facilement. Une fois cela fait, vous pourrez continuer à augmenter le nombre de répétitions lentement, mais sûrement. Ce principe peut être appliqué à tout type d’exercice pour augmenter votre endurance physique. Ce qui compte, c’est de commencer petit et de faire preuve de douceur envers soi-même. Certains jours seront plus difficiles que d’autres, et c’est tout à fait normal de prendre un ou deux jours pour se recentrer et prendre soin de soi en cas de symptômes. Si vous trouvez que votre période de repos a duré plus que prévu, recommencez doucement votre activité physique. Pour en savoir plus sur l’activité physique en solo, lisez notre dernier article.

En groupe

Plusieurs organismes proposent des classes en groupe pour les personnes atteintes d’un cancer. Cela peut être un excellent moyen de progresser, de s’amuser et de bouger tout en étant entourée de personnes qui comprennent ce que l’on vit et qui souhaitent elles aussi prendre en charge leur propre santé et leur bien-être. Les études montrent que le taux d’observance d’une activité physique augmente lorsqu’on la pratique en groupe. Dans ce type d’environnement, vous vous sentirez à l’aise, en sécurité et énergisée. C’est également un environnement adapté à votre condition, car en cas de symptômes – fatigue, douleurs ou incapacité, vous pouvez prendre un jour ou deux de congé et retrouver les mêmes personnes qui vous soutiendront et vous motiveront. Il existe des classes gratuites et payantes en fonction de vos besoins. Toutefois, compte tenu de la pandémie, il se peut que les classes ne soient plus offertes en personne, mais qu’elles soient désormais offertes en ligne. Les formules en ligne permettent de pratiquer une activité physique tout en restant dans le confort de sa maison et de se rapprocher de gens ayant les mêmes objectifs et les mêmes expériences que soi.

Avec un spécialiste

Si vous cherchez quelque chose de plus personnalisé et de mieux adapté à vos besoins, peut-être qu’un programme d’exercice établi par un spécialiste qui comprend votre état de santé vous conviendra mieux. Les programmes d’exercice suivent une progression qui facilite la continuité de l’activité physique et qui permet d’acquérir de la force et de l’endurance. Ils sont conçus pour réduire la fatigue et les symptômes liés à la maladie, et améliorer la qualité de vie des personnes atteintes d’un cancer du sein. Grâce à cette approche individuelle, vous pouvez faire de l’exercice physique avec efficacité et en toute sécurité. Le spécialiste s’assurera également que vous effectuiez correctement les exercices et que vous appliquiez ce que vous avez appris de manière sécuritaire dans votre quotidien. Les programmes individualisés et supervisés peuvent également vous aider de multiples autres façons : par exemple, selon la gravité de vos symptômes, si vous ne pouvez pas effectuer les exercices traditionnels ou, tout simplement, si vous souhaitez être entendue et soutenue par quelqu’un qui se soucie de vous.

Chez WillKin, nous sommes conscients de vos besoins et de vos priorités, et vous offrons des services qui vous permettent de pratiquer une activité physique en toute sécurité, de mieux gérer vos symptômes, d’être mieux informée et d’être plus à même de gérer votre qualité de vie sur le long terme.

Références

Courneya K.S., McKenzie D.C., Reid R.D., et al. (2008). Barriers to supervised exercise training in a randomized controlled trial of breast cancer patients receiving chemotherapy. Annals Behavioral Medicine. 35(1):116–122. https://doi.org/10.1007/s12160-007-9009-4

Emslie C., Whyte F., Campbell A., Mutrie N., Lee L., Ritchie D., Kearney N. (2007). I wouldn't have been interested in just sitting round a table talking about cancer’; Exploring the experiences of women with breast cancer in a group exercise trial. Health Education Research. 22(6): 827–838. https://doi.org/10.1093/her/cyl159

Hwang J.H., Chang H.J., Shim Y.H., et al. (2008). Effects of supervised exercise therapy in patients receiving radiotherapy for breast cancer. Yonsei Medical Journal. 49(3): 443–450. https://doi.org/10.3349/ymj.2008.49.3.443

Witlox, L., Hiensch, A.E., Velthuis, M.J. et al. (2018). Four-year effects of exercise on fatigue and physical activity in patients with cancer. BMC Med. 16, 86. https://doi.org/10.1186/s12916-018-1075-x

Blaney J., Lowe-Strong A., Rankin J., Campbell A., Allen J., Gracey J. (2010). The cancer rehabilitation journey: Barriers to and facilitators of exercise among patients with cancer-related fatigue. Physical Therapy. 90(8): 1135–1147. https://doi.org/10.2522/ptj.20090278

Meneses-Echávez J.F., González-Jiménez E., Ramírez-Vélez R. (2015). Effects of supervised multimodal exercise interventions on cancer-related fatigue: Systematic review and meta-analysis of randomized controlled trials. Biomed Research International. 2015 (328636). https://doi.org/10.1155/2015/328636

Meneses-Echávez J.F., González-Jiménez E., Ramírez-Vélez R. (2021). Effects of supervised exercise on cancer-related fatigue in breast cancer survivors: A systematic review and meta-analysis. BMC Cancer. 15(77). https://doi.org/10.1186/s12885-015-1069-4

Sweegers M.G., Altenburg T.M., Chinapaw M.J., et al. (2018). Which exercise prescriptions improve quality of life and physical function in patients with cancer during and following treatment? A systematic review and meta-analysis of randomised controlled trials. British Journal of Sports Medicine. 52(8): 505–513. https://doi:10.1136/bjsports-2017-09789

Photo par nicola papaleo sur Unsplash