By continuing to use our site, you consent to the processing of cookies, user data (location information, type and version of the OS, the type and version of the browser, the type of device and the resolution of its screen, the source of where the user came from, from which site or for what advertisement, language OS and Browser, which pages are opened and to which buttons the user presses, ip-address) for the purpose of site functioning, retargeting and statistical surveys and reviews. If you do not want your data to be processed, please leave the site.

La Voix Des Canadiennes Atteintes D'un Cancer Du Sein

Éducation

blogue À nous la parole


Discussions sur les lacunes de la couverture des médicaments contre le cancer lors d’une importante conférence canadienne

J’ai eu le privilège de participer à la conférence Approches optimales à l’égard des soins en oncologie au Canada du Partenariat canadien contre le cancer (PCCC). C'était la première fois que le PCCC accueillait cette conférence qui explorait quatre thèmes principaux de la lutte contre le cancer : les initiatives axées sur la qualité des soins, les aspects économiques des soins de grande qualité, l’amélioration de la qualité des diagnostics de cancer et la façon de surmonter l’inertie dans le système de lutte contre le cancer (pourquoi ne faisons-nous pas ce qui fonctionne ?). La conférence s’adressait aux administrateurs des programmes de lutte contre le cancer et aux médecins qui travaillent dans ce domaine. En tant qu’une des rares organisations de patients qui y participaient, nous étions ravis de pouvoir faire en sorte que la voix de celles que nous représentons soit également entendue à cette conférence.

Le RCCS a été choisi pour y faire une présentation par affiches de son rapport En attente d’un traitement. Nous avons ainsi pu discuter des lacunes de la couverture des traitements de base contre le cancer du sein métastatique qui permettent d’allonger la vie offerte par le régime public d’assurance-maladie. Notre rapport a démontré que les patientes attendent parfois plus de deux ans entre l’approbation d’un traitement par Santé Canada et son inscription sur les listes des médicaments couverts par les régimes provinciaux. En outre, les provinces n’approuvent pas les traitements selon le même échéancier, ce qui signifie que les patientes de certaines régions ont accès à des médicaments non remboursés ailleurs.

Notre présentation par affiches s’inscrivait dans le thème « aspects économiques des soins de qualité élevée » au cours duquel le coût des soins et les moteurs économiques qui ont mené à des augmentations des coûts liées aux soins de santé ont été explorés. Une partie des échanges s’est attardée sur la manière de déterminer le rapport qualité-prix et de transposer les résultats des essais cliniques en données du monde réel qui permettent d’évaluer leur efficacité. Il a également été question de la façon dont les programmes de lutte contre le cancer peuvent maintenir la qualité et l’innovation du système tout en préservant sa viabilité.

Participer à la conférence s’avérait une excellente occasion d’en apprendre davantage sur le système de lutte contre le cancer et sur les idées pouvant l’améliorer. Il s’agissait aussi d’un moment idéal pour présenter notre propre recherche. Nous continuons à nous assurer que la voix des patientes est non seulement entendue, mais également prise en considération lors de ce type de rencontres.